Suite aux dispositions adoptées concernant le covid-19, le cinéma Marcel Pagnol et le Théâtre 71 sont fermés jusqu’à nouvel ordre.

Nous avons mis en place différentes modalités pour rester en contact avec vous :
Pour la billetterie, une permanence téléphonique sera assurée les mardis et jeudis matin de 10h à 13h sur un numéro spécial 06 27 77 25 29

Des informations ponctuelles vous seront délivrées sur facebook et en une de notre site theatre71.com

Pour l’administration, la technique, les relations publiques, la communication, seuls les mails des compagnies, partenaires, prestataires et fournisseurs en lien avec l’activité 2019/2020 et 2020/2021 seront traités. Nous vous remercions de vous reporter à la page équipe pour prendre connaissance des interlocuteurs et mails actifs pendant cette période.

Dans le contexte actuel, la scène nationale va aussi traverser une période économiquement difficile en rémunérant les équipes artistiques et techniques qui auraient dû se produire devant vous. Nous en appelons à votre solidarité en ne demandant pas le remboursement de vos places réservées et d’en faire don au théâtre si vous le pouvez. Si vous souhaitez privilégier le report de spectacle ou le remboursement, nous serons en capacité de traiter vos demandes dès la réintégration de l’équipe dans les murs du Théâtre 71. Nous vous remercions de votre compréhension.

Prenez soin de vous et des vôtres.

actualites

› Entracte #1

Démarche paradoxale qu’essayer de continuer à faire théâtre et cinéma par temps de confinement, quand l’essence même de notre travail est de vous recevoir et de créer la rencontre avec des oeuvres portées par des équipes artistiques nombreuses.

Démarche dérisoire aussi, à l’aune de l’urgence sanitaire qui nous frappe tous et contre laquelle se mobilisent tous les jours les soignants. Mais comme vous tous, après un temps de sidération, nous tâchons de savoir comment faire pour transformer ce temps suspendu : nous travaillons depuis nos intérieurs, heureux de nous entendre ou de nous voir malgré tout et à distance, et de pouvoir parler de spectacles, de films, penser les projets futurs, espaces d’imaginaire et de liberté précieux et nécessaires.

Ces espaces, nous voulons continuer à les inventer avec vous. C’est pourquoi nous avons imaginé cette lettre, pour continuer à échanger, être en lien, évoquer autrement les films et les spectacles que vous ne verrez pas ce printemps. En complicité avec les artistes qui les ont créés, nous vous proposons de découvrir les coulisses de la création, de créer à votre tour, de voir ou revoir des oeuvres découvertes au Théâtre 71, au cinéma Marcel Pagnol et dans des lieux amis de Malakoff. Nous comptons sur vos réponses pour faire vivre ce théâtre de l’imaginaire, nous faire notre cinéma, en mots, en sons et en images, pour que nous profitions tous de cette énergie collective dans la joyeuse perspective de nos retrouvailles !

L’équipe du Théâtre 71 et du cinéma Marcel Pagnol, scène nationale de Malakoff

› retours sur événements à venir

MARTO ! SE REFUSE À RENCONTRER L’ENCLUME :
ILTERA SES 20 ANS

Le Bal marionnettique | Les Anges au plafond [création] > reporté au 27 juin 2020, 19h30 échauffement « Le Bal des timides » | 20h30 Le Bal marionnettique

Mais qu’est ce que Le Bal marionnettique ? Un univers festif et légèrement lugubre évoquant les fêtes du Dia de los Muertos ou les grands carnavals qui se rient de la mort. On danse avec l’inanimé pour se rappeler qu’on est vivant. On donne vie à un pantin pour oublier notre condition de mortel... Et surtout on est ensemble, on manipule, on danse, on est acteur de la création.
Découvrir ou redécouvrir les coulisses de la création du Bal marionnettique des Anges au Plafond, en quelques vidéos. De La Fabrique des Arts à l’École Estienne, de la fabrication des castagnettes-dentiers aux courts-métrages des élèves de Diplôme National des Métiers d’Art et du Design section Images et animations documentaires.

> les coulisses du bal | images Maïa Bouteillet & montage Elsa Quinette
> entrez dans la danse | images Maïa Bouteillet & montage Elsa Quinette
> reportage France 3 à La Fabrique des Arts | Geneviève Faure
> cortinas, les coulisses de l’imaginaire | école Estienne

Salut Public | aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii [création] > reporté au 27 juin 2020, 11h & 14h30

Le collectif MARTO a invité le duo Alice & Sonia à créer une forme courte pour les 20 ans du festival, elles nous proposent avec Salut public un retour aux fondamentaux !
Entrée libre sur réservation par mail à billetterie@theatre71.com

> découvrir en vidéo, pourquoi Guignol !
Salut public d’aalliicceelleessccaannnnee&ssoonniiaaddeerrzzyyppoollsskkii en collaboration avec Samuel Beck | images Maïa Bouteillet & montage Elsa Quinette

› participez !

En décembre dernier, Nathalie Bensard de la compagnie La Rousse, nous a présenté à l’Espace Angela Davis Spécimens , une histoire d’adolescents qui explorent les stéréotypes, les préjugés, les empêchements, les appréhensions, les peurs, les envies, les élans, les sentiments qui les traversent et tentent de comprendre qui ils sont, qui ils voudraient être, dans quel monde ils vivent.

L’équipe de Nathalie Bensard a proposé des ateliers autour de la chanson signée qui clôt le spectacle.

À l’image de la compagnie La Rousse avec sa revisite de Le temps de l’amour de Françoise Hardy, nous vous proposons de choisir une chanson et de la signer !
Si vous souhaitez nous envoyer vos vidéos à communication@theatre71.com, n’hésitez pas !

au cinema

› sur la toile

RETOUR SUR LITTLE JOE

de Jessica Hausner | avec Emily Beecham, Ben Whishaw, Kerry Fox | film programmé la semaine du 18 décembre 2019 | prix d’interprétation féminine au Festival de Cannes 2019 pour Emily Beecham, film soutenu par le réseau Europa Cinéma | disponible sur la plateforme Univerciné

Alice, phytogénéticienne, est la créatrice d’une plante dont l’inhalation du pollen permet d’accéder au bonheur. Après en avoir offert un exemplaire à son fils, Alice constate chez lui un changement de comportement et s’en inquiète.
Avouant ne pas avoir respecté scrupuleusement les protocoles de recherche, elle demande à ses dirigeants le report de la commercialisation de cette plante du bonheur afin d’effectuer d’autres tests. Effet viral ou cynisme financier, ses collègues sous le charme de ce végétal refusent.

Au-delà des situations, Jessica Hausner joue de la singularité des personnages difficilement cernables psychologiquement, à l’image du fils qui pourrait être contaminé ou simplement entrer en crise d’adolescence... Les cadres très composés, les mouvements de caméra finement chorégraphiés dans lesquels les acteurs se déplacent et le montage accentuent avec une précision quasi clinique l’ambiguïté de la perception. Cet espace de doute permet à chacun de développer plusieurs propositions sans permettre de toucher à une vérité unique.

Les troubles de comportement émotionnel relevés sur ceux qui ont goûté au parfum de la plante dont la part d’autonomie reste floue, ne trouvent aucune résolution dans le dialogue. A l’heure des manipulations génétiques, en médecine, dans l’alimentation ou tout autre domaine du quotidien, le mystère règne et la théorie du complot, encouragée par toutes sortes de technologies, n’est pas loin.
Outre la question de la quasi injonction au bonheur, Little Joe révèle la puissance du cinéma à croiser notre réel et notre imaginaire, à jouer de nos peurs et de nos espoirs.

Repensé aujourd’hui à l’heure du confinement général, ce film sans jouer du spectaculaire ou d’un scénario catastrophe, vient étrangement questionner ce que nous vivons, l’impact sur les comportements parfois irrationnels que nous observons.