15 Les éclairages

Ateliers


Approfondir ou s’initier à une pratique artistique au côté d’un créateur, découvrir un univers théâtral, musical ou chorégraphique, appréhender une technique, telles sont les opportunités offertes à tous lors de ces week-ends.

DANSE, MÉMOIRE, INCONSCIENT
Samedi 10 & dimanche 11 décembre

Autour de Précipitations
Ce stage s’adresse aux danseurs amateurs et sera dirigé par Paco Dècina dans le cadre de la résidence de la compagnie Post-Retroguardia à Malakoff.
La pratique permet de rentrer directement dans le travail de recherche de Paco Dècina, son écriture chorégraphique, tout en découvrant le processus de création qui est le sien. Le chorégraphe propose un travail sur les positions, les appuis, les équilibres, les flexions, les rotations…, une approche de cette "équation" où se mêlent à la fois l’histoire et la mémoire particulières et collectives de chacun.

PACOCINA
Il s’installe à Paris en 1984 où il fonde sa compagnie de danse, la compagnie Post-Retroguardia. En 1987, il reçoit le prix chorégraphique de la Ménagerie de Verre avec Tempi Morti, et l’année suivante, le grand public le découvre avec Circumvesuviana. Suivent une trentaine de créations parmi lesquelles Scilla e Cariddi, Ciro Esposito fu Vincenzo, Fessure, Mare Rubato ou Infini, solo en hommage à Christian Ferry-Tschaeglé. En 1998, Paco Dècina travaille un nouveau solo, Lettre au Silence, et Neti-Neti (Ni ceci, Ni cela), duo créé en 2000 pour deux danseurs, est conçu comme une ouverture aux paysages silencieux de l’être. La recherche sur l’épure du mouvement prévaut dans ces deux pièces qui seront présentées à Paris au Théâtre de la Ville, en France et à l’étranger. Plus récemment, Paco Dècina crée Cherchant l’Inspiration poétique pièce pour le Junior Ballet du Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris (2004), Salto nel Vuoto pièce pour 5 danseurs tchèques et slovaques (2005), Indigo pièce pour six danseurs (2007), Fresque, femmes regardant à gauche pièce pour sept danseurs (2009), Sotto Sopra (2010) et Non Finito (2011).

SENSIBILISATION À LA LUMIÈRE DE SPECTACLE
Samedi 7 & dimanche 8 janvier

Autour de Précipitation et de Pollock
Un stage destiné aux amateurs et animé par Laurent Schneegans, créateur lumières de Pollock et des pièces de Paco Dècina pour une approche de l’espace théâtral, du langage technique, de la manipulation lumière.
Ce week-end s’articulera en deux temps avec d’abord ”le rôle de la lumière dans le spectacle vivant”, un temps pour se familiariser avec les outils nécessaires à la lumière (étude de vocabulaire, les projecteurs et leurs possibilités, les directions de lumière), puis, ”l’ombre unique”, un temps pour modeler et sculpter les corps et les décors sans les écraser avec la complicité de Paco Dècina.

LAURENT SCHNEEGANS
En 1983, il débute comme régisseur lumière et régisseur général de tournée, travaille pour l’opéra, le théâtre, la danse et le spectacle de rue. Également photographe, il dirige son propre studio photo de 1989 à 1993. Il revient, par la suite, entièrement à la lumière et aux spectacles vivants et crée notamment les lumières des spectacles de Paco Dècina, Paul Desveaux, Guy-Pierre Couleau, Brigitte Jacques-Wajman.
Depuis 1998, il anime régulièrement des stages sur la lumière pour sensibiliser les amateurs et les futurs professionnels à cet art. Il réalise des installations où la lumière rayonne au centre de la création.

LE JEU MASQUÉ
Samedi 28 & dimanche 29 janvier

Autour de L’éveil du printemps
Éminent spécialiste du masque, Omar Porras, metteur en scène de L’éveil du printemps, dirigera ce stage pour comédiens amateurs.
Nourri de culture sud-américaine et de connaissances des pratiques du jeu masqué du monde entier, formé à la danse et à la musique, Omar Porras proposera une approche de sa démarche qui développe un type de théâtre qui se rapporte à un "étrange et merveilleux voyage" : celui de la création d’un personnage masqué, à travers une histoire riche et complexe, au service d’un texte écrit.

OMAR PORRAS
Metteur en scène et acteur suisso-colombien, Omar Porras fonde à Genève en 1990 le Teatro Malandro, centre de création, de formation et de recherche. Il y développe une démarche créative très personnelle axée sur le corps du comédien, sa projection dans l’espace et l’utilisation de masques, en s’inspirant à la fois de la tradition occidentale comme la biomécanique et orientale (théâtres balinais, indien et japonais). Ses spectacles regorgent d’une énergie qui galvanise et euphorise. Cette énergie est produite par les acteurs eux-mêmes métamorphosés transformés en créatures inventives, humaines et plus qu’humaines, qui rapportent des événements simples, drôles ou tragiques, rendus extraordinaires et ultra théâtralisés par le truchement du masque et du geste.
Entouré par ses acteurs ainsi transformés, Omar Porras explore les grands mythes comme les Bacchantes, Don Quichotte, Faust ou encore Don Juan en les abordant par sa multi-culturalité. Omar Porras a la particularité de mettre en scène des spectacles de théâtre et d’opéra.

DE LA DRAMATURGIE DU CONTE À LA DRAMATURGIE DU THÉÂTRE : DES PASSERELLES, DES DIFFÉRENCES
Samedi 4 & dimanche 5 février

Autour de Mon petit poucet et Dans le ventre du loup
Sur le thème du conte, José Pliya, auteur de Mon petit poucet animera cet atelier d’écriture pour adultes amateurs ayant déjà une pratique de cet art.
Cet atelier propose une immersion, une initiation aux mécanismes du récit dramatique par le ressort du conte. Comment revisiter ce genre littéraire, composer un récit dramatique depuis les prémisses de la construction jusqu’à l’œuvre aboutie en passant par les dialogues, l’ironie dramatique, les préparations, etc. Il sera impossible dans le temps imparti d’arriver au bout du processus. Néanmoins, l’atelier sera un espace de questionnement, de travail, de recherche, un laboratoire en somme pour donner le goût aux participants d’approfondir et d’aller plus loin.

JOSÉ PLIYA
Né à Cotonou au Bénin, José Pliya a obtenu en 2003, le Prix du jeune théâtre André Roussin de l’Académie Française pour Le Complexe de Thénardier et l’ensemble de son oeuvre. Auteur, il a écrit une vingtaine de pièces de théâtre traduites, éditées et créées sur les cinq continents dont La Soeur de Zarathoustra (2008), Une famille ordinaire (2002), Nous étions assis sur le rivage du monde (2004), Nègrerrances (1997)… Il est metteur en scène de nombreuses pièces créées en Afrique, dans la Caraïbe et aux Etats-Unis. En France, il a dirigé les comédiens de la troupe de la Comédie-Française dans sa pièce Les effracteurs au Studio Théâtre en 2004 et mis en scène le discours De la race en Amérique de Barack Obama au Théâtre du Rond-Point (janvier 2009). Il dirige depuis 2005, l’Artchipel, Scène Nationale de la Guadeloupe.

LA PRATIQUE THÉÂTRALE ET L’ŒUVRE DE DURAS
Samedi 17 & dimanche 18 mars

Autour de La maison et L’Éden Cinéma
Jeanne Champagne, metteur en scène de La maison et L’Eden cinéma, invite des acteurs amateurs à aborder ce théâtre de l’intime.
Jeanne Champagne propose un "parcours Duras" mêlant l’approche de l’œuvre de la dramaturge-écrivain-cinéaste, à l’expérimentation sur le plateau des thèmes chers à Duras : l’enfance, l’adolescence et l’attente… Un intérieur/extérieur intime que Jeanne Champagne a approché au plus près à travers les mises en scène d’Écrire (2009), La musica (2010), La maison d’après La Vie matérielle (2010) et dernièrement L’Éden Cinéma. Le samedi à 15h Laure Adler, journaliste-éditrice et biographe de Duras présentera cette artiste, cette femme et sa vie.

JEANNE CHAMPAGNE
Après des études à l’Institut d’Etudes Théâtrales et une formation de comédienne aux ateliers des Quartiers d’Ivry, elle a suivi les cours d’Antoine Vitez au Conservatoire National d’Art Dramatique. Elle a joué au TNP avec Roger Planchon et au CDN de Reims avec Philippe Adrien. Elle fait sa première mise en scène à Théâtre Ouvert, dans le cadre du Festival d’Avignon : La Maison d’Anna de Ninon Ozanne et Dagmar Deisen, d’après Anaïs Nin. Elle fonde la Compagnie Théâtre Écoute en 1981. En 1991 elle reçoit le prix Passerelle des Arts avec Denis Bonal et est nommée Chevalier des Arts et des Lettres en 2005. Elle a mis en scène une vingtaine de textes de Peter Handke, Agota Kristof, Edward Bond, H. von Kleist, Annie Ernaux… et monté des projets comme la trilogie de Jules Vallès (L’enfant, Le Bachelier, L’insurgé) ou l’adaptation des écrits politiques de Sand : George Sand, une femme en politique (2004), présentée à l’Assemblée nationale et à la Cartoucherie. Sa Compagnie a été associée à la Maison de la Culture de Bourges et Jeanne Champagne est artiste associée à l’Equinoxe, Scène Nationale de Châteauroux.

RELATION ET TRAVAIL DU SOUFFLE
Samedi 31 mars & dimanche 1er avril

Autour de Précipitations
Cet atelier basé sur l’éveil corporel et sensoriel est dirigé par le chorégraphe Paco Dècina en résidence cette saison au Théâtre 71. Il est destiné à un public adulte non danseur.
Cet atelier propose par des exercices simples, un travail de respiration et de circulation des énergies afin de rendre le corps vivant et disponible. Par l’écoute et l’observation de cette mise en mouvement, ce week-end entend donner un nouvel espace à nos anciennes constructions physiques et mentales.

PACOCINA
Il s’installe à Paris en 1984 où il fonde sa compagnie de danse, la compagnie Post-Retroguardia. En 1987, il reçoit le prix chorégraphique de la Ménagerie de Verre avec Tempi Morti, et l’année suivante, le grand public le découvre avec Circumvesuviana. Suivent une trentaine de créations parmi lesquelles Scilla e Cariddi, Ciro Esposito fu Vincenzo, Fessure, Mare Rubato ou Infini, solo en hommage à Christian Ferry-Tschaeglé. En 1998, Paco Dècina travaille un nouveau solo, Lettre au Silence, et Neti-Neti (Ni ceci, Ni cela), duo créé en 2000 pour deux danseurs, est conçu comme une ouverture aux paysages silencieux de l’être. La recherche sur l’épure du mouvement prévaut dans ces deux pièces qui seront présentées à Paris au Théâtre de la Ville, en France et à l’étranger. Plus récemment, Paco Dècina crée Cherchant l’Inspiration poétique pièce pour le Junior Ballet du Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris (2004), Salto nel Vuoto pièce pour 5 danseurs tchèques et slovaques (2005), Indigo pièce pour six danseurs (2007), Fresque, femmes regardant à gauche pièce pour sept danseurs (2009), Sotto Sopra (2010) et Non Finito (2011).

Renseignements › Solange Comiti 01 55 48 91 12 | rp@theatre71.com
Tarifs › 70 € tarif normal | 46 € tarif abonnés, -30 ans, demandeurs d’emploi