L’Effet Scène

Repères historiques


1959 › Création du ministère des Affaires culturelles. André Malraux est nommé ministre
d’état en charge des Affaires culturelles avec pour ambition de « rendre accessibles les
plus grandes oeuvres au plus grand nombre d’hommes ».d’homme
1961 › Création de la direction du théâtre, de la musique et de l’action culturelle dont le rôle est de concevoir et mettre en oeuvre l’implantation de maisons de la culture sur l’ensemble du territoire. André Malraux inaugure la première maison de la culture au Havre.
1964 › Ouverture de la maison de la culture de Bourges.
1966 Ouverture de la maison de la culture d’Amiens // Création de l’association pour la maison de la culture de Grenoble qui regroupe 120 organisations locales. // Intervention d’André Malraux à l’Assemblée Nationale (27 octobre) : « Religion en moins, les maisons de la culture sont les modernes cathédrales, c’est-à-dire le lieu où les gens se rencontrent pour rencontrer ce qu’il y a de meilleur en eux. Sachez que chaque fois que nous en bâtissons une dans une ville moyenne, nous changeons quelques chose d’essentiel en France… il faut donc que nous bâtissions une maison de la culture par département (…). Ce que je vous demande c’est exactement vingt cinq kilomètres d’autoroute ».
1967 › Signature d’un protocole d’accord définissant le rôle des maisons de la culture en matière de cinéma entre le directeur général des arts et lettres, au nom de l’association de gestion de chaque maison de la culture, et le directeur général du CNC. // Inauguration du premier centre d’action culturelle (CAC) : L’Arc au Creusot.
1968 › André Malraux inaugure la maison de la culture de Grenoble. À ce moment-là, 7 maisons de la culture sont en fonction, 6 en construction, 9 à l’état de projet.
1969 › Lancement de la déconcentration : création par Malraux des trois premières directions régionales des affaires culturelles (DRAC). // Inauguration de la maison de la culture de Reims.
1970 › 10 CAC en fonctionnement : Avignon, Châteauvallon, Chelles, Le Creusot, Mâcon, Malakoff, Sceaux, Sartrouville, Saint-Denis de la Réunion et la Cité internationale universitaire.
1971 › Ouverture de la maison de la culture de Chalon-sur-Saône.
1972 › Ouverture des CAC d’Orléans, Mulhouse et Forbach-Freyming-Merlebach.
1973 › Ouverture des CAC d’Annecy, de Douai, Montbéliard, La Martinique et du Carré Sylvia Montfort.
1975 › Ouverture de la maison de la culture de Créteil.
1979 › Création de la direction du théâtre et des spectacles qui perd la tutelle des établissements d’action culturelle transférés à la mission du développement culturel nouvellement créée.
1981 › Le réseau est composé de 14 maisons de la culture et de 38 centres d’action culturelle. _1982 › Le budget du ministère de la Culture passe de 0.47% à 0.75% du budget de l’État. // Inauguration du centre d’action culturelle de Saint-Brieuc. // Dans une conférence de presse, Dominique Wallon, directeur du développement culturel, indique à l’ensemble de ses partenaires la nécessité pour chaque établissement d’établir un projet culturel et artistique à partir d’un recentrage des activités sur des priorités clairement définies et d’un engagement dans la production artistique.
1985 › On compte 12 maisons de la culture, 27 CAC et 21 centres de développement culturel.
1986 › Le théâtre de Belfort, rénové en 1982 par Jean Nouvel, devient centre d’action culturelle.
1987 › Inauguration de la maison de la culture de Chambéry, des CAC Niort et Melun-Sénart et du centre de développement culturel de Tarbes. // Robert Abirached, directeur du théâtre et des spectacles lance le principe de compagnies en résidence dans des maisons de la culture, CAC ou centres de développement culturel.
1990Les 8 maisons de la culture, les 25 centres d’action culturelle et les 25 centres de développement culturel sont regroupés sous l’appellation « Scène Nationale ». // L’association nationale des établissements artistiques et culturels (Aneac) et l’union
des maisons de la culture (UMC) se fondent à Malakoff en une seule entité : l’association des Scènes Nationales dont sont membres les directeurs et les présidents des scènes nationales adhérentes. // Construction de la Ferme du Buisson, centre d’art et de culture de Noisiel/Marne-la-Vallée.
1991Alès, Angoulême, Bar-le-Duc, Cavaillon et Cherbourg rejoignent le réseau. Rénovation de l’Hexagone de Meylan, du Théâtre 71 de Malakoff et de la maison de la culture de Bobigny.
1992 › Le centre de développement culturel d’Alençon et le centre d’action culturelle de Dieppe deviennent Scènes Nationales. Intégration du centre culturel du Blésois (Blois) dans le réseau des Scènes Nationales.
1993 › Le théâtre de Narbonne, le Carré Saint-Vincent à Orléans rejoignent le réseau. La Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau est créée.
1994 › Le théâtre de Cornouailles à Quimper rejoint le réseau.
1996 › Inauguration de l’Artchipel, Scène Nationale de Guadeloupe.
1997 › Arrivée dans le réseau du Carreau, Scène Nationale de Forbach et de l’est mosellan, de La Comète, Scène Nationale de Châlons-en-Champagne, et de La Comédie, Scène Nationale de Clermont-Ferrand.
1998 › La ministre de la Culture transmet aux préfets la Charte de service public pour le spectacle vivant.
1999 › Sont intégrés dans le réseau : Le Quartz, Scène Nationale de Brest, La Passerelle, Scène Nationale de Gap, Culture Commune, Scène Nationale de Loos-en-Gohelle et du bassin minier du Pas-de-Calais, Le Lieu Unique, Scène Nationale de Nantes, et le centre culturel André Malraux, Scène Nationale de Vandoeuvre-lès-Nancy.
2001 › L’Équinoxe de Châteauroux devient Scène Nationale.
2002 › Création du Carré, Scène Nationale de Château-Gontier.
2006 › L’Espace des arts de Chalon-sur-Saône devient Scène Nationale.
2007 › Requalification des missions du CRAC qui devient Lux, sScène Nationale de Valence, autour du cinéma, des arts visuels et du spectacle vivant.
2009 › Changement des statuts de l’association des Scènes Nationales ; les directeurs deviennent majoritaires au CA de l’association et en assument la présidence. Le budget de la mission culture s’élève à 0,93% du budget de l’État. Au fil des années, les équipements d’Albi, Aubusson, Bayonne, Besançon, Calais, Cergy, Dunkerque, Évreux, Évry, Foix, La Roche-sur-Yon, La Rochelle, Marseille, Martigues, Maubeuge, Petit-Quevilly, Poitiers, Saint-Nazaire, Saint-Quentin, Valencienne et Villeneuve d’Ascq sont labellisés Scènes Nationales, portant leur nombre à 70.

Sources : ministère de la Culture DGCA - André Malraux ministre, documentation française 1996