Madame, Monsieur,

Vous avez été nombreux à venir pour la première fois au Théâtre 71 à l’occasion des représentations de La duchesse de Malfi de John Webster mis en scène par Anne-Laure Liégeois. Nous espérons qu’à l’instar de la presse, la férocité de la pièce et la tenue de la mise en scène ont gagné votre enthousiasme.

La scène nationale de Malakoff offre chaque saison une place de choix au théâtre, ouverte sur la diversité des écritures dramatiques. Après la langue élisabéthaine du cadet de Shakespeare, nous vous proposons de découvrir celle de Friedrich Dürrenmatt, considéré comme un des écrivains majeurs de notre temps.
Ses œuvres regorgent de critiques sociales, satires et exagérations absurdes. Il était d’avis que « seule la comédie peut encore venir à bout des rapports embrouillés et complexes du XXe siècle ».
Dans La panne, l’auteur de la célèbre La visite de la vieille dame, a l’art de l’intrigue, manie l’absurde et l’humour noir jusqu’à son paroxysme. En choisissant des comédiens qui ont l’âge des rôles (plus de 340 ans à eux cinq), le metteur en scène trouve la truculence du récit.

En parallèle au spectacle, nous accueillons au bar du théâtre une exposition du Centre Dürrenmatt de Neuchâtel, réalisée par Dürrenmatt lui-même. Composée de dessins, caricatures, photographies, documents de travail et manuscrits des trois différentes versions du texte La panne, elle est l’occasion d’éprouver combien l’écriture était sa profession et la peinture sa passion, tout en établissant un rapport étroit entre ces deux activités.

Dans l’attente de vous accueillir à nouveau au Théâtre 71, nous vous prions de croire en nos meilleures salutations.

L’équipe du Théâtre 71