DU MOMENT


À VENIR

actualites

› Réouverture publique | 3 septembre

Le Théâtre 71 vous accueille à nouveau à partir du mercredi 3 septembre 10h30.
D’ici là, vous pouvez découvrir toute la programmation en ligne et nous adresser vos abonnements, ils seront traités par ordre d’arrivée.
Toute l’équipe du Théâtre 71, vous souhaite une belle rentrée.

› Premier Soir avec le Bal des Martine | 19 sept 19h30

Toute l’équipe du Théâtre 71, Scène Nationale de Malakoff, se réjouit de vous retrouver en ce mois de septembre à l’aube d’une nouvelle saison.
Celle-ci débutera le vendredi 19 septembre à 19h30 par une soirée joyeuse, musicale et dansante, animée par le revigorant et quelque peu décalé « Bal des Martine », une formation qui avait déjà enflammé le foyer du théâtre en ouverture de la saison 2012/2013. Un rendez-vous qui s’engagera autour d’un apéritif dînatoire et pour lequel nous en appelons, comme les saisons précédentes, à vos talents culinaires !

+ d’info

au cinema

› Réouverture du Cinéma Marcel Pagnol | 3 sept

Le cinéma Marcel Pagnol réouvre le mercredi 3 septembre avec la Palme d’Or de Cannes, Le Meilleur de la Quinzaine des Réalisateurs avec notamment trois avant-premières et la reprise de la programmation Cannoise de l’ACID. Tout un programme à découvrir ici
L’équipe du cinéma vous souhaite une belle rentrée à tous.

› Rencontre, avant-première | Bande de filles › 11 sept

DANS LE CADRE DE LA QUINZAINE DES RÉALISATEURS CANNES 2014 DU 11 › 22 SEPTEMBRE :
› Avant-première jeudi 11 septembre de Bande de filles en présence de la réalisatrice Céline Sciamma
«  Le désir premier, ce sont les personnages. Ces filles que je croisais dans le quartier des halles, dans le métro, à la gare du nord. En bande, bruyantes, vivantes, dansantes. En allant chercher plus loin, sur leurs skyblogs, j’ai été fascinée par leur esthétique, leurs styles, leurs poses. Au-delà de cette énergie séduisante, il y avait avec ces personnages la présence d’enjeux forts et intimes au cœur de mon projet de cinéaste  : la construction du féminin avec ses pressions et ses interdits, l’affirmation des désirs, le jeu avec les identités. À travers elles, je voulais poursuivre mon travail autour des questions de jeunesse et du récit initiatique, mais dans un précipité de contemporain, ancré dans une réalité française, politique. Ces personnages singuliers portaient en eux la promesse du portrait mais aussi celle d’une fiction en tension dans une dynamique romanesque. Si leur histoire est générationnelle et très française dans son ancrage, elle s’inscrit également dans une mythologie de cinéma. Celle d’une jeunesse soumise aux interdits et que l’on peut raconter aujourd’hui en france avec ces filles des quartiers.  »